En majoritĂ©, les Français ont une bonne image des agences immobiliĂšres. – CENTURY 21 Emilie Pelletier – Agence immobiliĂšre Ă  CHATEAU THIERRY
Bienvenue chez CENTURY 21 Emilie Pelletier, Agence immobiliĂšre CHATEAU THIERRY 02400

En majorité, les Français ont une bonne image des agences immobiliÚres.

Publiée le 16/12/2018

Un rĂ©cent sondage OpinionWay rĂ©vĂšle le jugement des Français sur les agences immobiliĂšres. Avec des rĂ©sultats pour le moins inattendus et
 gratifiants.

 

En majorité, les Français ont une bonne image des agences immobiliÚres.

 

La recrudescence des litiges lors de ventes entre particuliers favorise indubitablement la prĂ©pondĂ©rance des agences immobiliĂšres dans les transactions. D’autant que cette profession et ses pratiques sont de plus en plus encadrĂ©es par la loi, sur l’affichage des prix de vente ou la formation des conseillers notamment. C’est ainsi qu’on apprend, dans un sondage rĂ©alisĂ© par OpinionWay (2502 personnes qui ont vendu leurbien au cours de ces trois derniĂšres annĂ©es, interrogĂ©es pendant la premiĂšre quinzaine d’aoĂ»t 2018), qu’un sondĂ© sur deux a contactĂ© une agence lorsqu’il a dĂ©cidĂ© de vendre son bien. Et qu’il s’est appuyĂ© sur son expertise pour en dĂ©terminer le prix de vente.

 

Le talent des agences.

De la mĂȘme façon, ces Français stipulent (pour 86% d’entre eux) qu’ils attendent du conseiller immobilier qu’il les renseigne sur les souhaits des acheteurs potentiels et, Ă  85%, qu’il organise les visites et trouve rapidement des acquĂ©reurs « sĂ©rieux ». Par ailleurs, 46% ont mis en vente leurbien uniquement dans une agence tandis que 29% l’ont doublĂ© par une offre de particulier à particulier (seuls 22%, dont une majoritĂ© de jeunes, se sont cantonnĂ©s au marchĂ© du particulier). Au rĂ©sultat, le panel consultĂ© indique qu’il a vendu via un conseiller immobilier pour 62% des interrogĂ©s (34% ont finalisĂ© leur vente entre particuliers - afin d'Ă©conomiser des frais d’agence selon plus de la moitiĂ© et, pour un petit quart, afin de gagner du temps ou par manque de confiance).

 

Une image positive du professionnel de l’immobilier.

53% des sondĂ©s dĂ©clarent avoir une bonne ou une trĂšs bonne image des agences. NĂ©anmoins, ils estiment Ă  64% qu’il est difficile de choisir un professionnel. Cela dit, une fois qu’ils l’ont sĂ©lectionnĂ©, ils en sont satisfaits car ils disent s'en ĂȘtre remis Ă  lui pour sa rĂ©activitĂ© (97%), sa connaissance du marchĂ© local (97%), la confiance qu’il inspire (95%). Et pourtant, les exigences de ces clients n'Ă©taient pas moindres car ils en attendaient une estimation prĂ©cise (84%), un compte-rendu dĂ©taillĂ© des visites (77%), la prĂ©paration du compromis (76%) et un accompagnement de tous les instants (72%).

 

Des délais de vente plutÎt courts.

Cette enquĂȘte rĂ©vĂšle Ă©galement qu’en moyenne, il a fallu au vendeur 6 Ă  7 mois de dĂ©lai pour passer de son idĂ©e de cĂ©der son bien à sa mise envente rĂ©elle. Puis un laps de 5 Ă  6 mois pour parvenir Ă  la signature d’un compromis. Ce qui Ă©tablit un peu plus de 15 mois d'attente entre le projet et l’acte authentique. Enfin, 80% des personnes interrogĂ©es dĂ©clarent qu’elles craignaient de ne pas conclure au prix souhaitĂ© et 63% de ne pas vendre suffisamment vite. Craintes apparemment non fondĂ©es, donc...

 

Un taux de transformation sans Ă©quivoque !

En rĂ©sumĂ©, il apparaĂźt que le taux de transformation (rĂ©alitĂ© de la vente) est de 93% pour les vendeurs ayant confiĂ© leur patrimoine Ă  une agence pour seulement 77% quand il s'est agi de nĂ©gociations entre particuliers. Cependant, les propriĂ©taires qui ont fait confiance Ă  un conseillerconsidĂšrent pour plus de la moitiĂ© d'entre eux, que ces professionnels pourraient davantage user des outils numĂ©riques, singuliĂšrement pour le suivi des visites et de l’annonce, voire pour des visites virtuelles du bien.

 

Notre actualité