Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Emilie Pelletier, Agence immobilière CHATEAU THIERRY 02400

L'actualité de CENTURY 21 Emilie Pelletier

Carrelage, parquet, moquette : comment choisir ?

Publiée le 06/09/2017

Chacun de ces revêtements est adapté à un usage spécifique. Voici les bons critères de choix et de qualité, pièce par pièce.

Vous allez refaire le revêtement de sol de votre maison ou de votre appartement ? Autant ne pas vous tromper, car une fois en place, il le restera une vingtaine d’années si l’on s’en fie au récent sondage d’une enseigne de grande distribution spécialisée dans la déco.

 

Le choix du revêtement de sol dépend en grande partie de l'utilisation de la pièce où il sera installé. Quatre critères doivent guider votre choix :

- Résistance du matériau au passage : des lieux comme les couloirs, les escaliers, la cuisine, mais aussi le living sont soumis à des allées et venues fréquentes. Mieux vaut donc les équiper d’un matériau résistant à l’abrasion et au frottement. Cet environnement disqualifie a priori, un revêtementcomme la moquette.

- Résistance aux tâches : l’entrée de votre domicile et la cuisine sont les lieux les plus exposés. Pour limiter les dégâts, le revêtement ne doit pas absorber les liquides renversés et résister aux détergents. A priori, le carrelage est le revêtement le mieux adapté, contrairement à la moquette et au parquet.

- Résistance à l'humidité : comme dans la cuisine, le revêtement de sol doit être non poreux si l’on veut éviter les absorptions et la formation d’auréoles. Sauf à opter pour un parquet non putrescible et spécialement traité, l’usage du carrelage et le mieux adapté.

- Confort : il est à la fois conditionné par le contact du pied avec le sol et le confort acoustique qu’il procure. A cette aune, le carrelage, réputé froid, est disqualifié ainsi que le parquet sur lequel les bruits d’impact résonnent. A contrario, la moquette est le revêtement roi : avec elle, le bruit est amorti et la marche devient moelleuse. D’autres matériaux comme le béton ciré fournissent aussi un compromis satisfaisant.

 

Carrelage, moquette, parquet : les critères de qualité

 

Carrelage

Grès cérame, faïence, terre cuite, tomettes... le carrelage est un matériau facile d'entretien avec une surface lisse et résistante aux tâches comme aux chocs. C’est une surface durable. Ses principaux inconvénients sont sa "froideur" et les effets de résonnance qu’il provoque.

Côté déco, les carrelages modernes sont disponibles avec des effets bois, métal, béton, terre cuite… Si les prix démarrent autour de 10 euros/m², il faut compter environ 50 euros/m² pour un produit de bonne facture, les carreaux haut de gamme se négociant jusqu’à 100 euros/m².

Attention : la pose du carrelage doit s’effectuer sur un sol parfaitement plat et demande souvent le passage d'un professionnel.

 

Parquet

Il faut faire une différence entre un parquet traditionnel et un parquet stratifié. Composé de bois massif, le premier peut être flottant, collé ou cloué. Alors que le stratifié est composé de matériaux composites imitant le bois. La durée de vie du stratifié sera moindre que celle d’un parquettraditionnel pratiquement inusable. En contrepartie, il est moins cher (à partir de 8-10 euros/m²)

Outre sa résistance, les avantages du parquet véritable résultent de son charme, de l’isolation thermique qu’il procure et d’un design classique que le choix des essences (pin, chêne, hêtre, etc.) et les finitions (brutes, vernies ou huilées) permettent de marier à chaque intérieur. Au chapitre des inconvénients, les lattes conduisent les bruits, notamment quand il s’agit d’un parquet flottant. 

Si on en a les moyens, mieux vaut investir dans un parquet massif en lamelles d’une épaisseur minimale de 23 mm posées sur lambourdes. Il se négocie entre 30 à 200 euros le m² selon la qualité et l'épaisseur. Plus abordables, les versions contrecollées (pellicule de bois véritable plaquée sur un support), voient leurs prix démarrer autour de 20 euros/m².

 

Moquette

Vedette des années 80, la moquette a vu son aura diminuer au fil du temps. C’est dommage, car ce revêtement textile pouvant être composé de fibres naturelles (laine, jonc de mer, sisal) ou de fibres synthétiques (polyamide, etc...) est bien adapté à une chambre, voire à un salon, à condition de choisir un niveau de résistance élevé. Sa pose est plus facile que celle d’un parquet ou d’un carrelage.

Parmi ses inconvénients, la moquette est moins résistante qu’un sol dur et doit être renouvelée environ tous les 5 ans. Elle a la réputation d’être un nid à poussière. Mais un coup d'aspirateur suffit à la nettoyer et certaines qualités de moquette sont traitées anti-acariens et anti-tâches. A condition de ne pas répéter l’opération trop souvent, la tasse de café ou le verre de vin renversé ne laisseront pas de souvenirs indélébiles.

Selon qu’elle est à poil long ou court, les prix s’étagent de 10 euros (synthétique) à près de 200 euros/m² pour une belle moquette en laine épaisse et durable.

 

Notre actualité