PrĂȘt immobilier : ce qu'il faut savoir avant d'emprunter en couple – CENTURY 21 Emilie Pelletier – Agence immobiliĂšre Ă  CHATEAU THIERRY
Bienvenue chez CENTURY 21 Emilie Pelletier, Agence immobiliĂšre CHATEAU THIERRY 02400

PrĂȘt immobilier : ce qu'il faut savoir avant d'emprunter en couple

Publiée le 27/09/2016

Pour rĂ©aliser votre rĂȘve et devenir propriĂ©taire, sachez qu'emprunter Ă  deux est un rĂ©el avantage afin d'obtenir un prĂȘt immobilier à taux bas.

Être jeune et en couple permet de voir sur le long terme

Vous pensez qu'il est plus compliquĂ© d'emprunter Ă  deux, a fortiori si vous ĂȘtes jeunes ? DĂ©trompez-vous ! Les jeunes couples primo-accĂ©dants sont souvent bien accueillis par les banques, et ce pour plusieurs raisons. Ils disposent d'une capacitĂ© d'achat supĂ©rieure et leur situation est considĂ©rĂ©e comme moins risquĂ©e. De plus, emprunter Ă  deux est synonyme d'apport de deux salaires et la jeunesse permet de voir Ă  long terme, argument apprĂ©ciĂ© par les banques. Et si la famille s'agrandit, le couple a de fortes chances d'ouvrir d'autres comptes ou de souscrire des placements d'Ă©pargne... de quoi sĂ©duire n'importe quel banquier !

Des apports plus importants, des banques moins exigeantes

Les exigences des banques en matiĂšre d'apport sont gĂ©nĂ©ralement infĂ©rieures pour un couple que pour une personne seule. Les revenus rĂ©clamĂ©s sont souvent plus faibles : 45 000 € en moyenne pour un couple contre 30 000 € pour un cĂ©libataire. Enfin, les taux les plus attractifs, Ă  moins de 2 % sur 20 ans sont gĂ©nĂ©ralement dĂ©livrĂ©s aux couples dont la somme des revenus est consĂ©quente. Il ne vous reste plus qu'Ă  dĂ©montrer la soliditĂ© de votre projet... et de votre couple !

Bon Ă  savoir

Pour rassurer les banques, il faut quand mĂȘme vous munir d'un dossier solide, avec des revenus stables et un taux d'endettement infĂ©rieur Ă  33 %.

Si vous ĂȘtes mariĂ©s, les biens acquis sont communs

Pour un couple mariĂ©, le rĂ©gime lĂ©gal applicable de plein droit, sauf contrat de mariage, est celui de « la communautĂ© de biens rĂ©duite aux acquĂȘts ». Les biens acquis au cours du mariage sont rĂ©putĂ©s communs et chaque Ă©poux dispose des mĂȘmes droits sur ces biens. En cas de dĂ©cĂšs, le conjoint survivant conserve la moitiĂ© des biens communs sans payer d'impĂŽts et hĂ©rite de sa part de succession, sous rĂ©serve du paiement des droits correspondants.

Les partenaires de pacs sont placés sous le régime de la séparation de biens

Dans le cas du pacs, les biens acquis avant ou pendant le pacs restent propres à chacun d'eux. Mais les couples pacsés peuvent opter pour le régime de l'indivision. Ainsi, en cas de séparation, chaque partenaire récupÚre sa mise au prorata de sa participation dans l'acquisition des biens indivis. Par contre, ils n'héritent pas automatiquement l'un de l'autre. Il faut coucher son partenaire sur son testament, à hauteur de la quotité disponible en fonction des héritiers réservataires (enfants).

Bon Ă  savoir

Le concubin est considéré comme un tiers et doit s'acquitter jusqu'à 60 % des droits de succession sur la valeur des biens transmis.

Les précautions à prendre si vous souhaitez emprunter en couple

Si vous ĂȘtes mariĂ©s

  • Sous le rĂ©gime de la communautĂ© rĂ©duite aux acquĂȘts : si vous achetez le bien avec des fonds qui vous sont propres, il faut penser Ă  intĂ©grer une clause d'emploi ou de remploi dans l'acte notariĂ© d'achat car, Ă  dĂ©faut, en cas de sĂ©paration, la valeur du bien est partagĂ©e en deux parts Ă©gales, mĂȘme si l’un des Ă©poux a contribuĂ© plus largement Ă  son financement.
  • Sous le rĂ©gime de la sĂ©paration de biens : si vous avez achetĂ© un immeuble Ă  deux, le bien est soumis aux rĂšgles de l’indivision et chacun est propriĂ©taire proportionnellement Ă  son apport. Ainsi, l'apport de chacun doit ĂȘtre clairement dĂ©fini dans l’acte d’acquisition. À dĂ©faut, le bien est considĂ©rĂ© comme indivis par moitiĂ©.

Si vous ĂȘtes pacsĂ©s ou concubins

  • Pacs : en cas de rupture, le partage d’un bien commun s’effectue en fonction des quotes-parts des partenaires. Il reste cependant possible d’opter pour le rĂ©gime d’indivision selon lequel un bien achetĂ© pendant le pacte est rĂ©putĂ© indivis par moitiĂ©.
  • Concubinage : le plus souvent, l’acquisition d’un logement Ă  deux s’inscrit dans le cadre de l’indivision oĂč chacun est propriĂ©taire Ă  hauteur de son apport. LĂ  encore, il est important d’inscrire la quote-part de chacun dans l’acte d’achat, faute de quoi le bien est rĂ©putĂ© appartenir pour moitiĂ© aux deux.

Bon Ă  savoir

Si vous vous sĂ©parez aprĂšs l'emprunt, cela n'a aucun effet sur le remboursement, chaque partenaire est tenu au paiement de la totalitĂ© du prĂȘt. La vente du bien est alors souvent la meilleure solution.

Notre actualité